Translate

jeudi 28 janvier 2016

Guidimakha : De l’esclavagisme à l’esclavagisme moderne

Les choses les plus cruelles que les maîtres avaient fait aux esclaves ont été de détruire la mémoire de ce qu’ils avaient avant leur contact et de les diviser en sous-groupes. Hérités souvent de leurs grand-parents comme tout autre bien, ces asservis avaient comme tâches, tous les travaux pénibles et durs et n’avaient jamais le temps de s’occuper de leurs femmes ou de l’éducation de leurs enfants.

Historiquement, après le décès de l'un d'entre eux, ses descendants s'étaient fait confisquer tous ses biens et dépourvus d'héritage. Livrés à eux même sans indemnité de licenciement,ces derniers représentent aujourd’hui la couche la plus pauvre, quant aux anciens maîtres détenteurs des richesses et d’une bonne éducation, ils ont mal aidé pour leurs insertions dans la vie active.

Cette conjonction de facteurs défavorables, près de cinquante ans après l’indépendance, explique les malheurs actuels de la seule couche qui voit augmenter le nombre de ses analphabètes.

Certains anciens maîtres continuent de profiter de cette situation honteuse et prennent des fillettes de leurs anciens esclaves pour des travaux domestiques et des activités commerciales (vente de l’eau glacée ou des bissâps devant les cours des écoles) à la place des leurs envoyées à l'école.

Ces filles domestiques surexploitées par certaines familles, ont comme "récompense" après des années de dur labeur, une valise dite de mariage qui est un ramassis des tissus bariolés et d'autres vêtements.

Les victimes choisies sont souvent des proies faciles, les fillettes issues des milieux défavorisés. Ceux ou celles qui se sont enrichis sur les dos de ces pauvres ou qui ont éduqué leurs enfants en foulant aux pieds l’éducation de ces innocentes, se le disent bien, ils n’inspirent aucun respect aux esclaves de la région.

Nous ne pouvons jamais obtenir notre liberté en faisant appel au sens moral de ces gens qui nous oppriment, nous devons nous battre jusqu’à l’obtention totale de nos droits. Nous devrons quitter cette peur enfantine qui fait qu’on est gêné dès qu’on est traité d’être esclave et défendre nos idées, qu’elles ressemblent ou non à celles de nos maîtres d’hier.

Nous devrons prendre en mains le destin de nos enfants en se sacrifiant pour leur éducation si nous voulons vraiment changer notre situation, cette dernière est notre seul moyen pour se débarrasser de cette situation.

Ce combat doit être mené d’une manière pacifique et dans le respect des droits des autres car certains d’entre eux se battent régulièrement d’une maniéré ou d’une autre avec nous pour la même cause.

L’état de son côté doit intégrer des opprimés dans ces structures de lutte contre l’esclavagisme et mettre en place des nouvelles lois qui condamnent avec détermination et fermeté ces pratiques criminelles pour qu’elles soient abolies dans leur totalité.
Youba CISSOKHO, Militant social


Note d’information publique: IRA-Mauritanie sensibilise les députés et les media en Angleterre sur les Droits de l’Homme en Mauritanie








مبادرة إنبعـــاث الحــــركة الانعتـــــــاقية
INITIATIVE POUR LA RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE
EN MAURITANIE


Note d’information publique

IRA-Mauritanie sensibilise les députés et les media en Angleterre sur les Droits de l’Homme en Mauritanie


Dans le cadre des démarches de sensibilisation de la communauté internationale sur les Droits de l’Homme en Mauritanie, la Coordination pour l’Europe vient de marquer un grand succès médiatique en Angleterre. Accompagné par Mme Sarah Mathewson (Anti-Slavery International) et Michael Phillips (Activiste connu pour son engagement en faveur de la communauté musulmane UYGHUR en Chine), le coordinateur Abidine Merzough a mené les 12 et 13 Janvier 2016 une série de rencontres avec des personnalités et représentants de medias anglais pour les sensibiliser sur l'arrestation arbitraire des leaders abolitionnistes Biram Dah Abeid et Brahim Bilal Ramdhan, mais aussi sur les difficultés que rencontrent les citoyens noirs en Mauritanie. Les discussions ont porté sur la persistance des pratiques esclavagistes, les obstacles que rencontrent les anciens déportés négros-mauritaniens à retrouver leur droit civique et leurs patrimoines spoliés pendant les opérations de déportation.


Les réunions ténues à Londres, ont eu lieu avec la participation des députés du Parti Vert, du Labour Parti, du SNP (Scotish National Parti), le Liberal Democratic Parti,  le «Mauritanian Desk» au Ministère des Affaires Etrangères et le Groupe parlementaire APPG (All Parliament Parti Group).

Des interviews ont été données á BBC Afrique, service français et service anglais, à The Guardian et à la revue de Anti-Slavery International.


Malgré que l’Angleterre n’ait de coopération avec la Mauritanie qu’à travers l’Union Européenne, les interlocuteurs anglais étaient très sensibles à la question des Droits de l’Homme et la stabilité sociale et politique du pays, qui leur semble être mise à risque par le régime de Nouakchott par son entêtement et son refus d’appliquer les lois pour rendre justice aux ayants droits. La complicité de la justice avec les esclavagistes, l’exclusion et la marginalisation de la composante noire en Mauritanie ainsi que la monté de l’intégrisme radicale sont des domaines qui préoccupent le plus les personnalités rencontrées. Les efforts de cette visite ont été couronnés par la soumission des questions écrites adressées au Département des Affaires étrangères et du Commonwealth, mais aussi la promesse du recours aux voies diplomatiques par des lettres qui seront adressées aux autorités mauritaniennes.



En suite entre les 14 et 15 Janvier,  le Coordinateur Abidine Merzough a participé au nom d’IRA-Mauritanie à un atelier sur le travail du lobby « Strategic State Advocacy for diplomats from unrepresented nations » à Oxford. Ce fût le deuxième workshop dans ce cadre, les prochains rendez-vous sont pris pour juillet à Bruxelles et pour novembre à Genève. L’atelier de Genève comportera une manifestation qui devait être organisée avec la participation de certains militants. Cette série de workshop « Training Diplomats from Unrepresented Nations: Capacity Building for Effective UN Lobbying » est organisée et supervisée par UNPO (dont IRA-Mauritanie est membre), en coopération avec Oxford University et « Tibet Justice Centre ». L’atelier a été dirigé par des experts internationaux comme Carl Söderbergh (Minority Rights Group International), Prof Joshua Castellino (Chair of the UN Forum on Minority Issues) et Joshua Cooper (University of Hawaii, Human Rights Department).



                                     Nouakchott,  le 27 Janvier 2016

                                   

La Commission de communication


Pour plus de détails voir les liens suivants:



Les questions écrites au Parlement anglais adressées á Philip Hammond (Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères). 



Questions écrites de Hilary Benn (voir la page suivante pour la traduction complète)






Question écrite de Patrick Grady (voir la page suivante pour la traduction complète)




Le communiqué du parti Vert




Interview aux Media

BBC












Le lien sur le Workshop on UN Advocacy á Oxford




La traduction des questions parlementaires :


Traduction:

Question écrite de:  Hilary Benn (Député de Leeds Central)         question No 22606   le 14 Janvier 2016

Département des Affaires étrangères du Commonwealth :

Mauritanie:   Peine Capitale                                                                     

Il est demandé au Secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth,   s’il a fait des représentations (démarches) auprès du gouvernement mauritanien concernant  de la peine de mort prononcée pour apostasie dans ce pays contre Mohamed Mkhaitir.

Réponse : Mr Philp Hammond,    le 19 Janvier 2016

Chef de la Mission du Royaume-Uni a participé en Décembre à une réunion des chefs de mission de l'UE avec le Premier ministre mauritanien, que le ministre de la Justice a également assisté . Le cas de Me Mkhaitir a été expressément soulevé par les membres de la délégation, qui ont été rassurés par le ministre de la Justice que son affaire était en appel et que la Mauritanie continue à faire un moratoire sur la peine de mort.




Traduction:

Question écrite de: Hilary Benn (Député de Leeds Central)          question No 22607   le 14 Janvier 2016

Département des affaires étrangères du Commonwealth :

Mauritanie: l’esclavage

Il est demandé au Secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth,  de donner l'évaluation des preuves que son ministère détient ou autrement est ce qu’il est au courant de l'existence de l'esclavage en Mauritanie.

Réponse : Mr Philp Hammond,    le 19 Janvier 2016

Les responsables du Secrétariat d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth soulèvent régulièrement l'esclavage avec le gouvernement mauritanien, dans le Royaume-Uni et en Mauritanie, le plus récemment en Décembre. Les fonctionnaires travaillent aussi en étroite collaboration avec les ONG et d'autres organisations à comprendre l'esclavage et son échelle en Mauritanie. Nous avons fait en Novembre une recommandation lors de l'examen périodique universel de la Mauritanie demandant que le gouvernement commence la collecte de données sur le nombre de personnes détenues dans l'esclavage afin de faciliter le suivi des efforts d'éradication en vertu de la loi anti-esclavage de 2007.



Traduction:

Question écrite de: Hilary Benn (Député de Leeds Central)          question No 22608   le 14 Janvier 2016

Département des affaires étrangères du Commonwealth :

Mauritanie: Droits de l'homme 

Il est demandé  au secrétaire d'État aux affaires étrangères et du Commonwealth, quelles sont les représentations (démarches) qu'il a faites au gouvernement de la Mauritanie sur l'emprisonnement de Biram Dah Abeid dans ce pays.

Réponse : Mr Philp Hammond,    le 19 Janvier 2016

Le cas de Mr Abeid a été récemment soulevé en Décembre  lors d'une réunion des chefs de mission de l'UE avec le Premier ministre mauritanien. Nous continuons de surveiller le cas d'Abeid, et un fonctionnaire de FCO  avait visité Mr Abeid en prison d'Aleg en Septembre.




Traduction:

Question écrite de:  Patrick Grady (Député de Glasgow Nord)          question No 22758   le 18 Janvier 2016

Département des affaires étrangères du Commonwealth :

Mauritanie: Droits de l'homme 

Il est demandé  au Secrétaire d'État aux affaires étrangères et du Commonwealth,  quelle est l’évaluation récente qu'il a faite de la situation des droits de l'homme en Mauritanie.

 Reportage



samedi 23 janvier 2016

Le droit d’informer en danger : Des journalistes devant la justice